Le Blog TorahCoach

La leçon magistrale du cochon vietnamien
Publié le 21/08/2016
144

Si vous avez visité le Jardin d'Acclimatation de Paris, vous l'avez certainement aperçu. Pourtant il n'attend pas fièrement le visiteur à l'entrée. Non, sa place à lui n'est pas au-devant de la scène. Il serait même plutôt relégué dans les coulisses, au fond du Jardin, avec d'autres compagnons qui, comme lui, y sont logés et nourris.

Blanchis ? Ses compagnons peut-être, mais sûrement pas lui ! C'est qu'il n'aime pas l'eau. Il n'aime pas grand-chose à vrai dire, si ce n'est manger et dormir.

Et en effet, quand on l'aperçoit enfin, il est le plus souvent allongé de toute sa masse, dans sa propre fange, ce qui ne dérange assurément que la communauté des hommes, puisque lui s'en soucie guère et dort tout son saoul.

Lui, c'est le cochon vietnamien.

Le cochon vietnamien est un animal à part. Il est sale, paresseux et pas très beau, il faut bien le reconnaître. La position allongée semble être, pour lui, une seconde nature. Pour quelle raison le Jardin le garde-t-il ? On peut se le demander, car enfin, en plus de ne sembler vivre que pour dormir, il dégage une odeur repoussante qui agresse les nez les moins sensibles plusieurs dizaines de mètres à la ronde !

Pourtant, si vous lui rendez visite, vous repartirez avec une leçon de vie fort précieuse. Voici donc la leçon magistrale du cochon vietnamien.

Pour profiter de cette leçon, il faut attendre que le public s'approche de l'indolent animal. La même scène se joue alors invariablement. C'est une scène en 3 temps :

1) « Oh ! Regarde, il dort ! » Mais oui, il dort. Il le fait même à la perfection.

2) « Non c'est fou, ça : il ne bouge donc jamais ? » Non, jamais ! C'est d'ailleurs le facteur essentiel de la leçon du cochon vietnamien.

3) « Groin-groin ! Grouik ! Grouik ! »

Cette imitation hasardeuse, qui ne semble pas émouvoir notre cochon, met généralement fin à la visite. Le visiteur tourne les talons et s'en désintéresse ensuite totalement.

Et c'est bien en cela que le cochon vietnamien du Jardin d'Acclimatation est admirable. Qu'on s'étonne de lui, qu'on se moque de lui, qu'on l'appelle ou au contraire qu'on l'ignore, il ne bouge pas, il ne bronche pas. Son immobilisme à lui est d'ordre physique. Quant à l'être humain, il doit apprendre lui aussi l'immobilisme, mais dans le domaine psychologique cette fois.

Tout au long de son existence, l'homme est assiégé par nombre d'agressions extérieures. Contrariétés diverses, frustrations, sentiments de danger, peur de l'avenir, agressivité sociale, ces mini-chocs émotionnels à répétition ne sont pas toujours bien vécus. Ou plutôt si, ils sont indéniablement vécus, pleinement vécus, intimement vécus, au sens où leurs effets se prolongent dans l'être intérieur, tel un matériau qui entrerait en résonance sous l'effet d'une onde sonore, et c'est précisément cela qui rend ces mini-chocs toxiques. Ils sont absorbés mais non résorbés.

Ces heurts de l'existence incessants ont un point en commun : ils suscitent une certaine dispersion. La dispersion de l'esprit bien sûr, autrement dit la confusion, l'indécision, le doute, l'arrêt et pourquoi pas, si l'effet se prolonge encore, le dégoût de la vie. 

Ne pas laisser les agressions disperser son être aux quatre vents est donc indispensable si l'on souhaite une vie sereine. Sans parler de ses modalités de développement et même d'apprentissage (tel n'est pas l'objet du présent article), il faut souligner que cette précieuse qualité peut littéralement sauver la vie. C'est par exemple grâce à elle que plusieurs de nos ancêtres survécurent aux camps de concentration, de sinistre mémoire. Elle ne les protégea pas de la destruction physique bien sûr, mais de la destruction morale, de l'aliénation mentale, de l'annihilation de la moindre parcelle d'humanité.

Ceux qui sont sortis des camps étaient bien souvent ceux qui avaient trouvé la force de rester immobiles alors qu'ils en étaient prisonniers. Immobiles face aux aboiements des allemands, les chiens comme leurs maîtres. Plus les bourreaux tentaient de déshumaniser leurs victimes, plus celles-ci se cramponnaient fermement à ce qu'elles étaient : des êtres humains. 

Cet exemple est terrible, innommable, c'est un fait. Cependant, il peut nous faire prendre conscience que si dans un tel lieu de perdition, résister aux vents qui agressent l'esprit, l'identité ou la dignité est salutaire, à plus forte raison dans la vie de tous les jours. La voici, la leçon magistrale du cochon vietnamien : ne pas bouger.

Notes

Envie d'aller plus loin ?

Découvrez d'autres publications sur le blog et apprenez ce que TorahCoach vous propose !

Partager

Commentaires (3)

Anonyme, le 06/09/2016 à 02h19

Bravo se laisser convaicre les ses émotions on peut tomber très bas dans son estimés et le pièges c est de ne plus s en sortir Paressseux puant et sans vie bref la vie du conchon

Anonyme, le 02/10/2016 à 10h56

Merci David pour ce parallèle intéressant, si ces mini-chocs ne sont pas résorbés que peut on faire pour qu'ils le soient ?

Le coach, le 02/10/2016 à 11h19

Merci d'avoir pris le temps de lire l'article ! Travailler ce trait de caractère, nommé en hébreu ichtavouth (littéralement, le fait d'être "installé" de manière stable) est difficile. Très prosaïquement, je vous dirais qu'il s'agit de repérer tout ce qui en soi génère l'instabilité, l'instabilité étant volontiers généré par l'imagination, et le remplacer par ce qui clarifie l'esprit, à savoir l'étude de la Torah et sa pratique, pour une personne juive bien entendu. De manière générale, les mini-chocs comme vous les nommez, trouvent de quoi résonner en l'homme parce qu'il existe un espace pour les accueillir. La connaissance du soi psychique (par une analyse ou une thérapie), mais aussi le développement du soi spirituel (par le travail des traits de caractère et le développement intelligent de la foi notamment), permettent de réduire ces espaces jusqu'à les faire disparaître. Ce travail est le travail d'une vie.

Bon à savoir…

  • Pour laisser un commentaire, veuillez vous connecter.

TorahCoach

Tel FR : 01-83-80-42-99
Tel IL : 053-708-3904
WhatsApp : +972 53-708-3904
Mail : contact@torahcoach.fr

Rue Ha-Rav Eli'ezer Bergman
Jérusalem


Formulaire de contact