17 résultats pour la catégorie question-réponse

En préambule, je crois qu’un éloge s’impose. Vous me demandez si le fait de déceler n’avoir pas intégralement accordé son pardon serait normal. Je vous répondrai sans hésitation par la négative. Comme tout ce qui touche à la recherche de la vérité en ce monde où le mensonge est tapi à la porte (Berechith 4,7), percevoir un manque intime de sincérit&eacut…
05/03/2017
Bonjour Sim'ha, Vous faites sans doute allusion à ce que certains ont nommé « l'enfant-pansement ». Un enfant qui serait la panacée pour un couple alors au bord de la séparation. Le pansement fait-il disparaître la plaie de manière essentielle, ou se contente-t-il de la masquer ? Toute la question est là. Si la théorie de l'enfant-pansement séduit, c'est qu'un couple sans harmonie souffre. Il sou…
19/07/2016
Chère Sylvie, Si je comprends bien, votre questionnement résulte de la contradiction entre deux nécessités absolues : la bonté et la protection contre les agressions extérieures. Plus qu'une nécessité, plus qu'une mitsva (un commandement) de la Torah, la bonté est le principe fondateur par excellence, puisque le monde est construit [par la] bonté (Tehilim 83,9). En d'autre…
17/05/2016
Chère Alice, Effectivement, il semblerait que l'homme soit infiniment plus conciliant avec lui-même qu'avec autrui ! Et puisque vous me demandez pourquoi, permettez-moi de proposer trois idées. La Guemara atteste que l’homme est proche de lui-même et que personne ne peut se blâmer lui-même (Sanhedrin 9b). Cette proximité que l'homme entretient avec lui-même et par ex…
Chère Ra'hel, En premier lieu, je tiens à vous remercier d'avoir posé cette question, parce qu'elle concerne beaucoup de monde : la personne qui est à bout évidemment et son entourage, qu'il soit direct ou non. Passons pour le moment (mais j'y reviendrai) sur l'état d'enfermement que ressent la personne n'ayant plus goût à rien. Le fait est que son entourage remarque cet état. Sans que ceci co…
 Il y a un peu plus d'une semaine, un homme m'a téléphoné un soir. Cet homme, qui est âgé de 48 ans, semble jouir d'un don pour la création artistique. Pourtant, il s'interrogeait abondamment quant à sa valeur propre et quant à sa faculté à entrer en contact avec la gente féminine. Durant la demi-heure que notre conversation a duré, une question récurrente m'a inter…
Bonjour Françoise,  Je reproduis votre question dans son intégralité : Comment mieux vivre le vieillissement, la perte de séduction et la dégradation qui accompagnent la vieillesse ou la maladie, si l'on n'a pas su se créer une vie intérieure assez riche ? Et d'ailleurs, quand on est de nature frivole, comment parvient-on à se dépasser et se créer une vie intérieure …